Accueil » Actualité dentaire » 20 faits au sujet du traitement des malocclusions de classe II

20 faits au sujet du traitement des malocclusions de classe II

Je suis abonné au blogue du Dr Kevin O’Brien (en anglais). Il est professeur à l’Université de Manchester, R.-U. Il est un orthodontiste clinicien et un chercheur depuis environ 30 ans. Il a dirigé plusieurs projets de recherche sur le résultat des traitements orthodontiques en utilisant la méthode d’essai clinique randomisé, notamment sur le traitement des malocclusions de classe II et plus particulièrement sur les effets de l’appareil fonctionnel amovible Twin Block.

Mon attention a été attirée sur un de ses blogues sur les faits au sujet du traitement des malocclusions de classe II et je vous en offre une traduction libre.

20 faits

1. Un traitement doit être envisagé si le surplomb horizontal (overjet) est plus grand que 6 mm. C’est aussi un critère de l’IOTN (index of treatment need) ou index du besoin de traitement.

2. Il y a une augmentation du risque de traumatisme au niveau des incisives supérieures si les lèvres sont incompétentes (lorsque les dents sont proéminentes et la lèvre inférieure s’engage sous les dents supérieures). Cependant, la plupart des traumatismes se sont produits avant le début d’un traitement d’orthodontie.

3. Personne n’a eu de problème parce que les molaires sont en relation classe II de 2-3 mm!

4. Un traitement précoce (phase 1) faisant partie d’un traitement en 2 phases afin de corriger une malocclusion de classe II est rarement indiqué, parce qu’il n’est pas efficace et qu’il engendre des coûts supérieurs au coût d’un traitement en une seule phase avec des appareils fixes prodigué durant l’adolescence.

5. Un traitement précoce coûte plus cher (en référence à un traitement de malocclusion de classe II en 2 phases de traitement).

6. Lorsqu’un enfant a un traitement précoce, il y a 40% moins de chance d’avoir un traumatisme aux incisives supérieures.

7. Un traitement précoce améliore l’apparence du profil facial et l’estime de soi. Mais… cet effet s’estompe à l’adolescence. Autrement dit, l’effet ne dure pas, car il faut recommencer à l’adolescence.

8. Les appareils fonctionnels sont très efficaces pour corriger la relation classe II des incisives.

9. Les appareils fonctionnels ne changent pas le patron squelettique de façon significative.

10. Ce n’est pas une mauvaise chose que d’extraire les premières prémolaires supérieures chez un adolescent afin de réduire l’overjet dans un traitement orthodontique. Ce genre de traitement est pratiqué à travers le monde dans des pays où les appareils fonctionnels sont peu ou pas utilisés.

11. Il n’y a pas de différence dans le résultat des traitements faits avec des appareils fonctionnels fixes versus des appareils fonctionnels amovibles.

12. Il y a une meilleure coopération du patient avec des appareils fonctionnels fixes qu’avec des appareils fonctionnels amovibles.

13. Le Twin Block est l’appareil fonctionnel amovible le plus populaire au Royaume-Uni.

14. Ça ne fait pas de différence sur un Twin Block d’avoir un arc labial appuyé sur les dents ou éloigné des dents.

15. Si une traction extraorale est utilisée pour reculer les molaires supérieures distalement, la distance moyenne de recul est de 1,6 mm.

16. Un appareil fonctionnel fixe qui brise est plus problématique qu’un Twin Block qui brise. Commentaire personnel: Avec les nouveaux appareils fonctionnels fixes, les bris ne sont pas si problématiques que ça. Effectivement, même s’il est vrai qu’un appareil fixe qui brise est plus problématique qu’un Twin Block qui brise, ce problème est largement compensé par l’avantage que l’appareil fonctionnel fixe est plus petit et plus facile d’adaptation qu’un Twin Block.

17. Il faudrait faire un essai clinique randomisé comparant les appareils fonctionnels fixes avec les appareils fonctionnels amovibles.

18. La caractéristique étiologique principale d’une malocclusion de classe II est une rétrognathie (rétrusion) mandibulaire.

19. La caractéristique étiologique majeure est génétique (héréditaire) avec une faible composante environnementale (allergie, fonction respiratoire, déglutition atypique, respiration buccale chronique ou habitude de succion non nutritive).

20. Aucun orthodontiste ou dentiste ne peut faire croître une mandibule en longueur.

Questions et commentaires

Laisser un commentaire



Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).


Chargement...